ChooseYourBoss

Un Lituanien reconnaît avoir volé plus de 120 millions de dollars à Google et Facebook!

Arrêté en 2017, un Lituanien accusé de fraude électronique, vol d’identité aggravé et blanchiment d’argent par la justice américaine a plaidé coupable ce vendredi 22 mars. Cet homme de 50 ans est accusé d’avoir extorqué au total plus de 120 millions de dollars à Google et Facebook. Il avait créé une société en utilisant le nom Quanta Computer, une entreprise de matériel informatique mondialement réputée, et réclamait le règlement de fausses factures. Il risque 30 ans de prison.

Evaldas Rimasauskas a plaidé coupable ce vendredi 22 mars devant un tribunal américain qui l’accuse d’avoir volé plus de 120 millions de dollars (environ 106 millions d’euros) à Google et Facebook. Ce Lituanien de 50 ans aurait monté une vaste escroquerie contre les deux GAFA, rapporte Begeek.

Il doit répondre de fraude électronique, vol d’identité aggravé et blanchiment d’argent. Originaire de Vilnius, la capitale lituanienne, Rimasauskas a été extradé aux États-Unis en août 2017.

Il se faisait passer pour un fournisseur de matériel informatique

Le quinquagénaire a mis au point un système très élaboré. Il a créé sa propre société en usurpant l’identité de Quanta Computer Inc, l’entreprise taïwanaise qui fournit du matériel informatique dans le monde entier. Il a ensuite envoyé des mails aux deux géants américains, leur demandant de régler des factures. Pour récupérer l’argent, il a ouvert un compte en Lettonie puis il transférait les sommes sur différents comptes en Hongrie, en Slovaquie, à Chypre, ou encore en Lituanie, précise Begeek.

Les factures étaient suffisamment crédibles pour leurrer les employés de Google et Facebook. Les documents envoyés « semblaient faussement avoir été signés par des représentants des sociétés victimes et comprenaient même de faux tampons », a expliqué le Département de la Justice américaine.

99 millions de dollars dérobés à Facebook

Au total, Rimasauskas aurait soutiré plus de 23 millions de dollars (20 millions d’euros) à Google et 99 millions de dollars (88 millions d’euros) à Facebook. Google a indiqué dans un communiqué avoir récupéré la totalité des fonds. Ce qui n’est pas le cas de Facebook, qui n’aurait récupéré qu’une partie de la somme dérobée, rapporte Developpez.com.

L’escroc a écopé d’une amende de près de 50 millions de dollars aux États-Unis pour fraude électronique, soit plus de 44 millions d’euros. S’il est reconnu coupable de tous les chefs d’accusation, il risque une peine d’emprisonnement de 30 ans. Le jugement sera rendu le 24 juillet prochain.

Alyssa Biot

Alyssa Biot

Ruby on Rails Developer @ChooseYourBoss

Découvre quelles offres tech' match avec ton profil !

JE COMMENCE