ChooseYourBoss

« Xenobots » : les premiers robots vivants ont été créés à partir de cellules de grenouilles

Des organismes vivants et programmables ont été mis au point par des scientifiques américains à partir d’un superordinateur et de cellules de grenouilles. Mesurant pour l’instant quelques millimètres, ces « robots vivants » pourraient être utilisés en médecine ou même pour dépolluer les océans, selon les auteurs de l’étude.

Des chercheurs américains seraient parvenus à créer des « robots vivants » en utilisant des cellules de grenouilles. Ces scientifiques des universités du Massachusetts et du Vermont ont décrit cette « nouvelle forme de vie » ce lundi 13 janvier dans un article publié dans la revue PNAS et relayé par L’Obs. « Ils ne sont pas un robot traditionnel ni une espèce connue d’animal. C’est une nouvelle catégorie d’artefact : un organisme vivant et programmable », expliquent-ils dans un communiqué. Une création qui a un nom : les « xenobots ».

Un superordinateur a simulé des milliers de « nouvelles formes de vie »

Les chercheurs ont utilisé le superordinateur Deep Green de l’université du Vermont. Un puissant algorithme a alors simulé des milliers de « nouvelles formes de vie » à partir de cellules de grenouille. « C’est 100 % de l’ADN de la grenouille, mais ce ne sont pas des grenouilles », assurent les chercheurs. Des tests ont ensuite permis de sélectionner les modèles les plus performants. Ces entités mi-robots, mi-organismes mesurent seulement quelques millimètres de large et sont dédiées à des tâches simples. Elles se déplacent, poussent des petits objets et ont la capacité à se régénérer si elles se blessent. Elles peuvent explorer un environnement aquatique « pendant des jours ou des semaines » en évoluant en groupe, précise le communiqué.

Pour dépolluer les océans, nettoyer les artères …

Les applications de ces « xenobots » sont larges. Ils pourraient « détecter des matériaux dangereux ou radioactifs, récupérer les microplastiques présents dans les océans ou encore voyager à l’intérieur du corps humain afin de nettoyer les artères », explique Michael Levin, coauteur de l’étude. Une telle découverte soulève bien sûr des questions éthiques légitimes. Ces robots vivants pourraient-ils échapper un jour au contrôle de l’être humain ? « Avant, on copiait la nature. Maintenant, on la remodèle. C’est une sacrée différence », alerte Olivier Goury, chercheur en robotique déformable à l’Inria (Institut national de recherche en sciences et technologies du numérique).

CYB

CYB

Basée sur un algorithme de matching par stacks techniques, ChooseYourBoss te permet de trouver le job Tech de tes rêves, tout en restant protégé et anonyme dans ta recherche d’opportunités.

Découvre les offres d'emploi numériques qui matchent avec toi !

JE COMMENCE